La dysplasie peut toucher l’Altdeutsche Schaferhunde.
Elle concerne les articulations de la hanche et du coude.

1. La dysplasie des hanches

Qu’est-ce que la dysplasie de la hanche ?

Il s’agit d’une malformation qui consiste en une asymétrie plus ou moins importante de la tête du fémur avec sa cavité et en un relâchement du ligament qui les rend solidaires.
Cette anomalie de développement de la hanche mène plus ou moins précocement à la dégénérescence (coxarthrose) de celle-ci : en effet, cela ne se voit pas forcément à la naissance, mais avec la croissance où surviennent des changements, et où peut apparaitre une coxarthrose douloureuse et invalidante.

Quelle en est la cause ?

Il s’agit d’une maladie dont la cause est multifactorielle : elle est génétique, mais peut être provoquée ou aggravée par des facteurs environnementaux, seulement si l’animal est porteur des gênes de la maladie.
L’alimentation (le surpoids du chiot), les exercices violents du chiot (escaliers, glissades) peuvent avoir un rôle à jouer dans le développement de la dysplasie de la hanche.

Quels sont les symptômes de la dysplasie de la hanche ?

Les signes cliniques peuvent être précoces. Il n’y a aucun symptôme correspondant de façon exclusive à la dysplasie de la hanche mais certains signes peuvent être présents (parfois pas tous en même temps) :

difficulté à se lever, à sauter
– intolérance à l’exercice, à monter les escaliers
boiterie plus ou moins sévère d’une ou des deux pattes arrière après une période de repos
– course en « saut de lapin »
douleur plus ou moins importante

Si un des ces signes est présent : consulter votre vétérinaire.

Comment diagnostique-t-on une dysplasie des hanches ?

Le diagnostic précoce peut s’envisager dès l’âge de 16 semaines. Il est en deux parties :
1. Clinique : apparition des premiers symptômes, examen clinique chez votre vétérinaire
2. Radiologique : clichés radiologiques, sous anesthésie générale, sous différents angles

Un AS sous anesthésie générale pour des radiographies

Un AS sous anesthésie générale pour des radiographies

 

Comment réaliser des radiographies de hanche pour votre Altdeutsche Schäferhunde ?

1. Prenez rendez-vous avec votre vétérinaire :
– en cas de suspicion de dysplasie de la hanche : dès que le diagnostic est suspecté,
– si vous envisagez de faire de la reproduction : à partir de 12 mois révolus.
2. Réalisation des radiographies sous anesthésie générale à la clinique vétérinaire
3. Envoi des radiographies au lecteur officiel de l’UCFAS (Selon le protocole ci-dessous)
4. Un double des résultats est a envoyé au club UCFAS
5. Les résultats officiels vous sont renvoyés, après lecture par le vétérinaire officiel de l’UCFAS (le Pr. Genevois)

Protocole de radiographies hanches et coudes (PDF)
Attestation de contrôle de puce électronique ou tatouage (PDF)

Radiographie de hanches d’un AS

Radiographie de hanches d’un AS

 

Comment traiter une dysplasie de hanche ?

Il existe deux grands types de traitement à mettre en œuvre en cas de dysplasie de la hanche. Ces deux types de traitement sont bien évidemment à discuter au cas par cas avec votre vétérinaire, chaque chien étant différent.

1. Les traitements médicaux
Ce sont les traitements habituels de l’arthrose :
– antalgiques, anti-inflammatoires,
– compléments alimentaires retardant le développement de l’arthrose : « chondroprotecteurs »,
– une alimentation équilibrée, un poids stable sans excès,
– un exercice physique régulier et adapté (par exemple : la nage),
– ostéopathie et acupuncture peuvent être des soutiens adaptés.

2. Les traitements chirurgicaux
Les traitements chirurgicaux ne seront décidés qu’au cas par cas, en fonction du type de dysplasie, de sa sévérité, de la gêne induite et du retentissement sur votre Altdeutsche Schaferhunde.
Contactez votre vétérinaire pour plus de renseignements.
En cas de chirurgie, celle-ci peut être proposée tôt, le plus précocement possible dans l’objectif de limiter les atteintes de l’arthrose sur l’articulation.
L’objectif d’une telle chirurgie est de diminuer la boiterie et surtout de retarder le développement de l’arthrose au niveau de la hanche.

Comment peut-on prévenir la dysplasie des hanches ?

Il s’agit d’une maladie à facteur héréditaire prédominant. Il est donc important, selon l’UCFAS, dans le but d’améliorer la race des Altdeutsche Schaferhunde, de mener une sélection stricte auprès des reproducteurs. Cette sélection rigoureuse, qui n’est pertinente que de façon soutenue et sur le long terme, est nécessaire.
Cette amélioration passe par une sélection rigoureuse des reproducteurs (mâles et femelles) (conseillée par le Pr J-P Genevois) :
une sélection individuelle : choix des reproducteurs en fonction de leur statut radiologique,
une sélection généalogique : choix, en fonction des informations sur les hanches des parents et des grands-parents des reproducteurs,
sélection des collatéraux : se renseigner sur le pourcentage de frères et sœurs de portée ayant des hanches saines,
sélection des descendants : information sur l’état des hanches des descendants des reproducteurs des portée précédente (mâles ou femelles).

La lecture des clichés permet de définir cinq stades : allant de A totalement indemne de dysplasie puis, passant par un stade B, C, D et E dysplasie sévère.
Les chiens D et E ne sont pas autorisés à reproduire. Un chien C ne peut reproduire qu’avec un chien A.
Il semble enfin important de souligner que, compte tenu de la complexité de la génétique de la dysplasie de la hanche, il arrive, même chez les éleveurs les plus consciencieux, de voir de temps à autre « surgir » un individu dysplasique au sein de lignées considérées comme « saines » depuis plusieurs générations.
« Plusieurs études ont démontré que seule une politique de dépistage et de contrôle, menée de manière pertinente sur le long terme, permettra d’obtenir de réels résultats, même si ces derniers sont lents et s’installent de manière très progressive. » (Pr J-P Genevois)

L’UCFAS a donc entrepris de mener une politique de dépistage pertinente et soutenue pour la dysplasie de la hanche.

 

2. La dysplasie du coude

Qu’est-ce que la dysplasie du coude ?

La dysplasie du coude est un terme général regroupant un ensemble d’affections, toutes responsables d’une évolution de cette articulation vers l’arthrose.
Il s’agira de 4 grands types d’affection :
– l’ostéochondrite dissécante,
– la non-union du processus anconé,
– la fragmentation du processus coronoïde,
– l’incongruence du coude.

C’est une affection que l’on retrouve chez l’Altdeutsche Schäferhunde, tout comme chez les chiens de race moyenne à grande.

Quelle en est la cause?

Les avancées scientifiques ont apporté la preuve que plusieurs facteurs rentrent en considération dans l’apparition d’une dysplasie du coude. Les deux grandes causes retrouvées sont :
– une prédisposition génétique,
– l’impact du milieu et de l’environnement : ces facteurs, tels qu’une alimentation déséquilibrée, un exercice physique trop important pour l’âge, un traumatisme durant la croissance, etc., peuvent aussi influer l’apparition d’une dysplasie.

Quels sont les symptômes de la dysplasie du coude?

Le diagnostic, difficile à établir, peut être retardé, car les symptômes présents sont souvent atypiques et variables.
On retrouvera :
– début des symptômes : possible dès l’âge de 4 à 5 mois, mais pouvant apparaitre après la croissance, selon la sévérité de la dysplasie,
– une boiterie des membres antérieurs,
– une boiterie pouvant être uni ou bilatérale,
– des douleurs en flexion ou extension, lors de l’évolution de l’arthrose sont possibles mais pas toujours présentes.

Comment diagnostique-t-on une dysplasie du coude ?

Dès l’apparition des premiers signes cliniques suscités, l’UCFAS vous conseille de prendre rapidement rendez-vous avec votre vétérinaire habituel.
Le diagnostic est à la fois clinique et radiologique :
1. Clinique : examen de votre AS, mis en place d’antalgiques, etc.
2. Radiologique :
– réalisation de clichés radiographiques des coudes droits et gauches (comparatifs) sous anesthésie générale,
– scanner : plus précis, mais il existe une marge d’erreur de 15%, et plus cher,
– une arthroscopie peut être envisagée : plus invasive, mais plus précise en cas de suspicion de fragmentation du processus coronoïde ou d’OCD.

Un AS sous anesthésie générale pour ses radiographies

Un AS sous anesthésie générale pour ses radiographies

Comment réaliser des radiographies pour votre Altdeutsche Schaferhunde ?

1. Prenez rendez-vous avec votre vétérinaire :
– en cas de suspicion de dysplasie du coude : dès que le diagnostic est suspecté
– si vous envisagez de faire de la reproduction : à partir de 12 mois révolus
2. Réalisation des radiographies sous anesthésie générale à la clinique vétérinaire
3. Envoi des radiographies au lecteur officiel de l’UCFAS
4. Un double des résultats est envoyé au club UCFAS
5. Les résultats vous sont renvoyés, après lecture par le vétérinaire officiel de l’UCFAS (Pr Genevois)

Protocole de radiographies hanches et coudes (PDF)
Attestation de contrôle de puce électronique ou tatouage (PDF)

Radiographie d’un coude gauche d’un AS

Radiographie d’un coude gauche d’un AS

Comment traite-t-on une dysplasie du coude ?

Il existe deux grands types de traitement à mettre en œuvre en cas de dysplasie du coude. Ces deux types de traitement sont bien évidemment à discuter au cas par cas avec votre vétérinaire, chaque chien étant différent.

1. Les traitements médicaux
Ce sont les traitements habituels de l’arthrose :
– Antalgiques, anti-inflammatoires
– Compléments alimentaires retardant le développement de l’arthrose : « chondroprotecteurs »
– Une alimentation équilibrée, un poids stable sans excès
– Un exercice physique régulier et adapté
– Ostéopathie et acupuncture peuvent être des soutiens adaptés

2. Les traitements chirurgicaux
Les traitements chirurgicaux ne seront décidés qu’au cas par cas, en fonction du type de dysplasie du coude, de sa sévérité, de la gêne induite et du retentissement sur votre AS. Contactez votre vétérinaire pour plus de renseignements.
En cas de chirurgie, celle-ci peut être proposée tôt, le plus précocement possible dans l’objectif de limiter les atteintes de l’arthrose sur l’articulation.
L’objectif d’une telle chirurgie est de diminuer la boiterie et surtout de retarder le développement de l’arthrose au niveau du coude.

Quelle prévention mettre en place ?

Comme nous l’avons vu plus haut, la dysplasie du coude est en partie déterminée par une prédisposition génétique. Pour limiter cette prédisposition génétique chez les AS, l’UCFAS a choisi de faire radiographier tous les sujets reproducteurs mâles et femelles afin d’écarter de la reproduction les sujets trop atteints.

Il s’agit d’une maladie à facteur héréditaire prédominant. (Pr J-P Genevois) Il est donc important, selon l’UCFAS, dans le but d’améliorer la race des Altdeutsche Schaferhunde, de mener une sélection stricte auprès des reproducteurs. Cette sélection rigoureuse, qui n’est pertinente que de façon soutenue et sur le long terme, est nécessaire.
Des mesures de prévention, prises dans de nombreuses races et dans différents pays luttant contre la dysplasie du coude, telles qu’écarter de la reproduction les sujets atteints, ont permis de diminuer l’incidence de cette maladie.
L’UCFAS s’engage aussi à faire diminuer l’incidence de cette maladie :

Cette amélioration passe par une sélection rigoureuse des reproducteurs (mâles et femelles) (conseillée par le Pr J-P Genevois) :
une sélection individuelle : choix des reproducteurs en fonction de leur statut radiologique
une sélection généalogique : choix, en fonction des informations sur les coudes des parents et des grands-parents des reproducteurs
sélection des collatéraux : se renseigner sur le pourcentage de frères et sœurs de portée ayant des coudes sains
sélection des descendants : information sur l’état des coudes des descendants des reproducteurs des portée précédente (mâles ou femelles)
Les stades de dysplasie du coude : (côté « ED » pour Elbow dysplasia en anglais)
0 : absence totale d’arthrose,
SL : stade limite
1 : légère
2 : modérée
3 : sévère